Quelles sont les risques que le fœtus soit malformé si votre grossesse continue ?

 

Si votre grossesse se poursuit après avoir utilisé le Misoprostol, le risque d’avoir un bébé avec des malformations fœtales augmente. Cependant, le risque est toujours très faible, moins de 1 sur 1000. Si vous avez moins de 30 ans, ce risque est moindre que celui d’avoir un bébé atteint du syndrome de Down.

Nous conseillons aux femmes dont la grossesse continue d’avorter chirurgicalement ou par médicaments pour mettre fin à la grossesse et ainsi éviter le risque d’avoir un fœtus malformé.

Plus d’informations:

Des recherches suggèrent qu’un fœtus ayant seulement été exposé au Mifépristone mais n’ayant pas été avorté continue à se développer normalement.26 L’exposition d’un fœtus au Misoprostol peut entraîner des malformations comme des déformations du crâne et des malformations des membres (Syndrome de Mobius).59 Cependant, les risques d’avoir un bébé atteint de malformations après l’utilisation du Misoprostol restent très faibles et difficilement mesurables. « même en considérant 1000 femmes ayant utilisé le Misoprostol durant l’embryogenèse, il est possible qu’aucun enfant ne soit atteint du syndrome. »47

À titre de comparaison : le risque d’avoir un enfant atteint du syndrome de Down est de 1/1300 pour une femme de 25 ans ; à 35 ans, le risque s’élève à 1/365. 52 Seules les femmes de plus de 35 ans sont contrôlées pour détecter le syndrome de Down chez leur fœtus, ce qui signifie qu’un risque d’être atteint du syndrome de Down inférieur à 1/365 est considéré comme acceptable. Or ce taux est bien supérieur au risque de contracter le syndrome de Mobius suite à l’utilisation de Misoprostol (moins de 1/1000).

En raison des restrictions sur la distribution de Mifépristone, de nombreuses femmes se voient contraintes d’utiliser seulement le Misoprostol, même si cette méthode est moins efficace. En mettant à disposition un traitement plus efficace, ce service d’aide à l’avortement rend la méthode d’avortement à domicile plus sûre pour les femmes et réduit les chances que les grossesses continuent et malgré tout et que cela entraîne la naissance de bébés malformés (même si le risque est très faible).