Est-il difficile de pratiquer un avortement médicamenteux soi-même?

 

Non. Vous pouvez prendre Mifépristone et Misoprostol vous-même. La prise de Mifépristone et Misoprostol n’est pas plus compliquée que la prise d’autres médicaments.
Vous recevrez des instructions précises sur la manière de prendre les médicaments, sur les effets secondaires et sur les cas où il est nécessaire d’appeler le médecin. Si vous avez des questions à propos d’une des étapes du traitement, vous pouvez aussi contacter un numéro d’assistance. Un avortement médicamenteux ne doit pas nécessairement être pratiqué à l’hôpital ou dans une clinique d’urgence. Les risques d’un avortement médicamenteux sont les mêmes que ceux d’une fausse-couche. Environ 15% des grossesses finissent par une fausse-couche. Ces fausses couches ne surviennent généralement pas à l’hôpital mais à la maison. La plupart des femmes savent comment y faire face seules et ne vont à l’hôpital qu’en cas de problèmes tels que saignements forts ou fièvre. Un avortement médicamenteux provoque une fausse-couche. Vous pouvez prendre les médicaments chez vous tant que vous êtes en bonne santé, enceinte depuis moins de 10 semaines et vivez à moins d’une heure de l‘hôpital ou du centre de soins le plus proche. 64

Plus d’informations:

Mifépristone et Misoprostol ne causent pas d’effets secondaires nécessitant une intervention en clinique. « S’administrer correctement Mifépristone-Misoprostol soi-même est simple. Contrairement à d’autres médicaments, comme l’Adriamycine ou la pénicilline par injections, qui nécessitent une administration sous contrôle médical pour d’éventuelles réactions mortelles rapides, ni le Mifépristone ni le Misoprostol ne sont compliqués à administrer ou n’impliquent un contrôle difficile ou dangereux pendant ou après la prise ».7

Certaines études ont été menées pour savoir si les femmes pouvaient prendre le Misoprostol en complément à domicile et ces études ont démontré que c’était tout à fait possible. Les femmes sont capables de prendre Misoprostol à domicile de manière sûre et efficace.14

Dans ces études, les femmes prennent le Mifépristone à l’hôpital et prennent ensuite le Misoprostil plus tard à la maison. Le Misoprostol est la partie du traitement qui cause les contractions et les saignements. Il y a donc plus de risques associés au Misoprostol qu’au Mifépristone. Si les chercheurs ont pu démontré que les femmes peuvent utiliser le Misoprostol à domicile, les femmes devraient, de la même façon, être tout à fait en mesure d’utiliser le Mifépristone correctement et sûrement à la maison.

De nombreuses recherches ont montré que les femmes peuvent gérer les effets secondaires. Une étude a été menée sur des milliers de femmes américaines pour voir si elles réussissaient à utiliser de manière sûre le Mifépristone et le Misoprostol avec peu de contrôle médical de la part de professionnels. 7

Les chercheurs ont montré que ces femmes étaient tout à fait capables de suivre les recommandations de suivi en cas de problème. Une des conclusions était aussi que les femmes étudiées étaient capables de se débarrasser du tissu et du sang lorsqu’elles pratiquaient un avortement médicamenteux. 7

Dans une autre étude sur plus de 1000 femmes, les chercheurs ont constaté que des visites de contrôle après un avortement médicamenteux n’étaient pas forcément nécessaires. Selon eux, « on suggère que donner de simples instructions et conseils aux femmes sur la façon de détecter des complications serait une alternative suffisante à un suivi en clinique. Il n’est en effet pas prouvé qu’un contrôle obligatoire puisse détecter des problèmes que les femmes ne pourraient pas apprendre à détecter elles mêmes. 20

Les femmes iront voir un médecin si elles ont un problème. Si elles sont correctement informées et qu’elles ont accès à un service d’urgence médicale, les femmes des pays industriels et en voie de développement peuvent gérer les effets d’un avortement toutes seules. 1

Des médecins en Ecosse ont analysé des femmes ayant pratiqué un avortement médicamenteux chez elles. Une des chercheuses, le Docteur Gillian Penney de l’Université d’Aberdeen, a declaré : “J’ai été très surprise de voir à quel point l’avortement à domicile est accepté par les femmes. Je pensais que ce serait effrayant pour elles, qu’elles voudraient être entourées d’une équipe de professionnels pour les soutenir et les rassurer. Mais les femmes qui en ont fait l’expérience pensent finalement que c’est quelque chose qu’elles peuvent gérer toutes seules à domicile. Elles étaient même nombreuses à préférer choisir elles mêmes qui les accompagneraient dans cette épreuve chez elles et elles appréciaient aussi de pouvoir utiliser leur propres toilettes. 46

Aucune des 50 femmes du panel d’étude n’a fait part de problèmes. Le Conseil Britannique pour la grossesse et le Collège royal des Obstétriciens et des Gynécologues sont en faveur de l’accès à l’avortement médicamenteux à domicile. 46